Ce que les crises nous apprennent
sur la peur du changement

La crise du Coronavirus nous a forcés à changer notre mode de vie.
Nous nous sommes retrouvés confinés, privés d’activités et isolés.
Cette crise montre que le changement est inévitable et aussi que nous avons une grande capacité d’adaptation.
Pour autant changer est contre-nature.  Pour preuve, lors du coronavirus, nous avons attendu la contrainte.
Toutefois avez-vous constaté que la contrainte n’était pas la solution idéale ?
Le changement semble mieux accepté s’il est désiré.
Mais comment désirer ce changement et surtout l’affronter ?
Nous allons voir les mécanismes à l’origine de la peur du changement et les leçons que vous pouvez tirer de la crise pour dépasser cette peur.

Pourquoi avons-nous peur du changement ?

Le cerveau humain préfère la sécurité

L’Homme a peur du changement car nos cerveaux reptiliens préfèrent le connu.
L’inconnu nous fait peur car changer signifie prendre un risque. Et comme le dit le dicton populaire : “quand on change, on sait ce que l’on perd mais on ne sait pas ce que l’on va gagner”.
Mettons que vous ne supportiez plus votre emploi. Vos missions vous ennuient, vous ne trouvez pas de sens à ce que vous faites mais vos collègues et vos horaires sont plutôt sympas et vous disposez d’un salaire correct.
Vous aimeriez entamer une reconversion professionnelle pour changer de vie mais  :

  • vous n’avez aucune idée de ce que vous voulez faire,
  • vous pensez ne pas y arriver, (alerte ceci est une croyance limitante)
  • vous avez peur de perdre votre stabilité financière

Cette situation est inconfortable et génère un stress important.
Et cela est tout à fait normal. Les êtres humains sont programmés pour préférer la sécurité et craindre ce qui est nouveau et inconnu. La résistance au changement est un mécanisme puissant qui nous paralyse et nous empêche d’agir.

L’homme a peur de l’abandon 

Cela est d’autant plus vrai que nous avons peur de l’échec et du regard des autres. Nous ne voulons pas être exclus du groupe. 
Que se passera-t-il si vous quittez ce CDI bien payé qui fait la fierté de vos parents pour changer de voie ?
Vous pensez peut-être qu’ils seront déçus. Inconsciemment vous avez peut-être peur de l’abandon, de l’échec ou même de la réussite. Dans cette situation, que faites-vous ?
Et bien souvent, vous optez pour l’évitement même si cette situation vous rend malheureux.
Affronter vos peurs, changer de job ou vous reconvertir peut vous sembler inconfortable alors que c’est, pour certains, l’étape nécessaire à votre épanouissement.

Avant la crise du coronavirus, certaines entreprises et salariés étaient très hostiles au télétravail et pourtant avec le confinement, ils ont dû s’y mettre. Cet exemple montre que le changement est de toute façon inévitable.
La question n’est donc pas de savoir si vous ou le monde allez changer. Il s’agit plutôt de savoir comment dépasser vos craintes pour changer et désirer le changement. 

Comment dépasser ses peurs et désirer le changement ?

Identifiez et acceptez vos émotions

La première possibilité pour vaincre votre peur du changement est de reconnaître et d’accepter vos émotions.
Le changement fait ressortir une foule de sentiments. Il vous fait passer par plusieurs états émotionnels.
Au début, vous risquez d’être sous le choc, en colère et/ou effrayé.
Essayez d’accepter vos pensées et vos émotions négatives. Avec le temps, vous commencerez à lâcher prise et à vous habituer à la situation. Enfin, peut-être même que vous y trouverez des avantages.

“Au début, j’ai très mal vécu le confinement. J’étais extrêmement angoissée. Je ne supportais pas d’être enfermée chez moi, de ne pas avoir de contact humain et surtout d’être plongée dans l’incertitude. Progressivement, j’ai réussi à apprivoiser mes peurs, à les rationaliser et à vivre l’instant présent. Au final, le confinement m’a permis d’accélérer mon cheminement puisque j’ai décidé de lancer mon activité.“ confie Ester, une participante du programme Hisse & Haut.

Questionnez et rationalisez vos peurs

Une deuxième possibilité pour dépasser sa peur du changement est d’utiliser la peur pour ce qu’elle est, à savoir une information qui vous fait vous poser des questions.
Questionnez cette peur, que veut-elle vous dire ?
Certaines peurs sont irrationnelles, d’autres dissimulent des désirs cachés.
Par exemple, vous aimeriez ardemment parler en public pour défendre une cause qui vous tient à coeur, mais votre timidité vous paralyse.
Dans cette situation combattre la peur semble nécessaire à votre épanouissement. Allez vers les autres ne pourra que vous aider. D’autres peurs sont légitimes et ne doivent pas être ignorées comme nous l’avons démontré ici.

Apprendre à apprécier le changement 

La troisième possibilité pour combattre ses peurs est d’être proactif vis-à-vis du changement et d’affronter l’inconnu. Cela n’est pas facile mais elle semble aujourd’hui nécessaire.
En effet, les changements qu’ils soient individuels (changement de job, déménagement, séparation) ou collectifs vont être de plus en plus nombreux.
Pour autant, vous n’avez pas besoin de tout changer dans votre vie du jour au lendemain.
Le changement ressemble aux régimes. Il faut y aller progressivement.
Si vous êtes trop radical, vous risquez d’échouer, de culpabiliser et de vous décourager.
Le mieux est donc d’adopter la stratégie des petits pas.
Vous pouvez prendre un chemin différent pour vous rendre au travail, tester de nouvelles activités et rencontrer de nouvelles personnes. L’objectif est double,casser vos routines pour sortir de votre zone de confort mais aussi gagner en confiance.

L’action est le meilleur remède pour dépasser ses peurs. Progressivement, votre cerveau s’habituera au changement et vous aurez davantage confiance en vous.
Être à l’aise avec le changement demande un apprentissage et beaucoup de pratique. Plus vous changerez et moins vous aurez peur du changement.
La crise du coronavirus que nous vivons nous a donné l’élan qui nous manquait pour avoir envie de changer.
Vous pouvez donc saisir cette opportunité pour poursuivre vos ajustements sur la durée : moins consommer, ralentir et oser prendre des risques.

Les petits pas peuvent vous mener à des grandes (r)évolutions.

Le mot de la fin

Changer est contre-nature mais le changement fait partie de la vie car tout est impermanent.
Les crises à l’échelle personnelle ou à l’échelle d’une société peuvent être des opportunités pour se remettre en question.

👉 Hisse & Haut vous accompagne pour saisir ces opportunités et gardez confiance en vous.

2020-05-18T08:22:21+00:00