Miléna Cazin, salariée et bénévole à plein temps !

« C’est un choix que j’ai fait d’avoir un domaine professionnel et une vie bénévole, deux mondes auxquels je donne toute mon énergie car les deux font sens. »

1/ En quelques mots, qui es-tu ?

Humaniste et écolo, je suis une personne qui donne facilement de mon énergie dans ce qui fait sens pour moi.

2/ Quel est ton parcours professionnel ?

J’ai bien envie de répondre que j’ai 2 parcours qui sont intimement liés et qui continuent de grandir ensemble : celui de mon domaine professionnel et celui de mon environnement bénévole. J’ai fait des études de sciences politiques avec l’envie de mieux comprendre le monde afin de pouvoir y apporter ma part. Mon diplôme en poche, rien n’était clair sur mon orientation professionnelle, à part une chose : je voulais avoir un travail en lien avec l’environnement et l’écologie.
Tout au long de mes études, j’ai été engagée dans des associations étudiantes « écolo », alors cela n’était pas envisageable autrement. Ne trouvant pas d’emploi, je fais un service civique dans une association lyonnaise qui accompagne les personnes ayant envie d’agir sur l’écologie et la solidarité, Anciela. C’est ce service civique qui m’a amenée à m’intéresser plus particulièrement au domaine de l’alimentation.
Après avoir travaillé 2 ans pour un groupement de producteurs au sein de la grande distribution, aujourd’hui je travaille dans un magasin Biocoop. Je continue à être très active chez Anciela bénévolement, ce qui me fait souvent dire que j’ai deux boulots !

3/ Comment ton choix de travailler « autrement » et cumuler deux activités bénévole & salariée s’est opéré ?

J’ai eu une période post-étude remplie de doutes et questionnements sur « où je vais? », « quelle direction prendre? ».
Mon tournant a été mon service civique à Anciela, car avec la diversité des enjeux auxquels je touchais pour mes missions, je me suis rendue compte que l’alimentation était celui qui me « prenait le plus au corps ». Je me suis alors rapprochée de plusieurs associations liées à l’alimentation et j’ai cherché un poste dans ce secteur. J’ai trouvé dans le secteur privé mais je n’ai pas quitté le monde associatif pour autant.

4/ Qu’est-ce qui t’a permis de passer de l’envie à l’action ? Quels ont été tes leviers ?

Je crois que s’engager, donner de son temps gratuitement pour une cause qui nous tient à coeur, cela aide beaucoup dans son cheminement personnel (en plus de contribuer à la société bien sur !).
Dans mes moments de doutes, j’ai toujours retrouvé de l’énergie après avoir mené des actions avec d’autres personnes militantes. Encore aujourd’hui, mes engagements me permettent de réfléchir à mon environnement professionnel et me donnent envie d’aller plus loin, de continuer à évoluer professionnellement.

5/ Quels freins as-tu rencontrés dans ton parcours ? Et comment les as-tu surmontés ?

Quand j’ai commencé à travailler dans le secteur de la distribution, j’ai entendu plusieurs remarques de mon entourage qui pensaient que c’était un job alimentaire, que c’était temporaire. Et comme je débutais moi même dans ce secteur, je ne savais pas encore si j’allais m’y plaire. Mais je n’avais pas postulé sans raison pour ce groupement de producteurs, mon premier emploi.
Ce qui m’a aidé à surmonter ces remarques et persévérer dans ce secteur, c’est la confiance que j’ai dans les valeurs que je défends et c’est le fait de ne jamais oublier le « pourquoi » je fais ce que je fais.
En bref, c’est de me rappeler le sens que cela a pour moi : ce ne sont pas les autres qui vivent ma vie !

6/ Aujourd’hui, où en es-tu dans ta vie professionnelle et personnelle ? As-tu trouvé un équilibre ?

Aujourd’hui, j’ai trouvé un équilibre emploi/bénévolat et je peux rajouter aussi un équilibre (parfois fragile, il faut le dire) avec ma vie personnelle et sociale. On me pose régulièrement la question: « Mais pourquoi est-ce que tu n’es pas salariée d’Anciela? Est-ce que tu aimerais y être salariée? ». Ma réponse est toujours non ! C’est un choix que j’ai fait d’avoir un domaine professionnel et une vie bénévole, deux mondes auxquels je donne toute mon énergie car les deux font sens. C’est important pour moi de montrer que ces deux activités ont une importance égale, c’est presque une revendication politique de dire qu’on peut mener des actions professionnelles dans son bénévolat. Le bénévolat, ce ne sont pas que des missions pour passer le temps!

7/ Quels conseils donnerais-tu à des personnes actuellement en questionnement ?

En parler autour de vous ! Et à des personnes différentes, c’est encore mieux – voire même aussi à des personnes qui ne vous connaissent pas beaucoup car elles auront un regard extérieur. Participer à des évènements qui vous feront rencontrer des gens et feront évoluer vos questionnements. Enfin, testez-vous ! Menez des actions, faites des missions à droite à gauche.
C’est en faisant qu’on fait aussi avancer ses réflexions 🙂

2020-09-21T06:48:34+00:00