Martial Chazallon, naturopathe et humaniste

« Je ne me suis d’emblée pas senti à ma place dans le « moule » dans lequel
j’ai commencé ma vie professionnelle.
»

1/ En quelques mots, qui es-tu ?

Curieux, créatif, humaniste, voyageur, contemplatif !

2/ Quel est ton parcours professionnel ?

Il est d’abord très classique : classe préparatoire, grande école de commerce. Je travaille un moment pour le gouvernement mais très vite la question du sens me détourne des voies balisées.
J’étudie l’anthropologie et mon DEA m’amène à travailler au Zimbabwe sur un projet de développement puis à faire de la recherche. J’entame un doctorat en Afrique du Sud sur les pratiques artistiques et les constructions identitaires qui au fil des rencontres me conduit à devenir créateur plutôt que chercheur. C’est le début d’une aventure chorégraphique qui se poursuit encore aujourd’hui avec la Cie Projet in situ : un travail sur le corps atypique proche de la performance.

Cette recherche sur le corps est aussi une quête intime vers mon propre corps et la rencontre des médecines non conventionnelles. Je me forme à la naturopathie que je pratique aujourd’hui en cabinet.

3/ Comment est venu ton désir de changement ? Et quel a été ton déclic ?

Je ne me suis d’emblée pas senti à ma place dans le « moule » dans lequel j’ai commencé ma vie professionnelle. Je ressentais le besoin de nourrir ma curiosité, de voyager et j’ai suivi cette petite voix qui m’amenait vers des chemins où je n’avais a priori aucune chance d’aller. Souvent les rencontres m’ont permis de réaliser mes désirs, de nouvelles opportunités apparaissaient et je disais oui. C’est comme ça par exemple que je rencontre la danse contemporaine et que je démarre mon parcours de chorégraphe.
A 33 ans je suis pris de crises d’angoisse et du jour au lendemain ma vie bascule. Mon corps m’invite à vivre autrement et je l’écoute à tâtonnement puis de manière méthodique. Il est mon guide aujourd’hui, une boussole qui sait toujours montrer la bonne direction.

4/ Qu’est-ce qui t’a permis de passer de l’envie à l’action ? Quels ont été tes leviers ?

Je crois qu’il y a un temps pour tout. Il y a des choses qui cheminent en nous parfois pendant longtemps avant que nous réalisions que maintenant c’est possible. Réaliser que c’est le bon moment m’a permis de passer à l’action.
Le bon moment c’est quand tout s’aligne : les opportunités, les rencontres, un peu comme ci les choses apparaissaient simples, c’est très intuitif. Le mauvais moment c’est quand tout est compliqué, le cérébral et la volonté font tout le travail mais tout prend du temps et beaucoup plus d’énergie.

Ce qui a impliqué et implique encore une bonne dose de patience et une capacité de naviguer dans l’incertitude. J’ai aussi découvert la force du collectif, de l’équipe, du Nous qui est un accélérateur très puissant. L’intelligence collective est un autre moyen de passage à l’action et permet d’imaginer des projets de plus grandes envergures. En ce moment je lance avec un collectif « iCi » un projet coopératif de grande envergure pour donner à tous les moyens d’être acteurs de leur santé à travers la découverte des ressources incroyables de leur corps.

5/ Quels ont été les freins rencontrés dans cette évolution professionnelle ? Et comment les as-tu surmontés ?

Les freins sont essentiellement des peurs anciennes et nouvelles. Elles sont sans doute co substantielles de toute expérience humaine et réaliser qu’elles seront présentes quelques soient les choix que je faisais a été pour moi un soulagement.
Alors j’ai appris à les regarder, à faire ami-ami avec elles, à décoder les messages de sagesse qu’elles portent aussi. Il existe de nombreux outils pour y parvenir, on peut faire un travail sur soi à des niveaux différents. Souvent nos schémas limitants sont un héritage familial et il est intéressant d’aller interroger avec un thérapeute la nécessité de porter plus longtemps ces bagages par exemple.
Il y a aussi maintenant de multiples outils pour développer notre intelligence émotionnelle comme EmREs/TIPI, l’EFT, certaines pratiques d’hypnose.

C’est au final un moyen d’apprendre à se connaître et d’affirmer plus facilement qui on est, ce qui est de manière ultime le plus grand levier pour surmonter toutes les difficultés rencontrées : la confiance en soi. Je crois cependant que c’est un travail qui ne s’arrête vraiment jamais.

6/ Et maintenant, que fais-tu ? Pourquoi avoir choisi cette voie ?

Récemment j’ai décidé de rassembler toutes mes expériences professionnelles dans un projet collectif autour du partage de nos ressources universelles de santé. Il existe tellement d’outils à notre portée pour aller mieux et ils sont encore si peu connues du grand public que j’ai vraiment à coeur de les faire découvrir.
Au delà des personnes déjà sensibilisées, l’idée est de montrer par l’expérience à tout un chacun que notre corps est un outil formidable et puissant et qu’il est toujours à notre service même dans les moments où nous en doutons.
Finalement toute ma vie professionnelle semble tourner autour d’une seule question : « qu’est-ce qu’un corps ? » et je ne crois pas avoir épuisé les façons d’y répondre. Cette question donne un sens à ma vie et me nourrit sur tous les plans. Cette question est au centre de ma pratique thérapeutique où j’accompagne mes consultants à interroger/changer de vision sur leur corps.

On a grandi dans une culture cartésienne où le mental et le physique nous ont été présentés comme des entités séparées. La science confirme aujourd’hui ce que les médecines ancestrales ont toujours porté : corps et conscience sont les deux facettes d’une même médaille.
J’accompagne les gens à comprendre comment cette affirmation est un outil de transformation incroyable : on explore ensemble comment le corps physique, émotionnel, mental, énergétique et spirituel interagissent, dans un accompagnement sur 6 rencontres. Le corps physique est loin d’être la seule porte d’entrée vers la santé et le bien-être ! Comprendre et faire l’expérience de tous les outils qui sont à notre portée nous rend maître de notre destinée.

7/ Quels conseils donnerais-tu à des personnes actuellement en questionnement ?

De ne pas être à la recherche de conseils 😉 Ce qui ne veut pas dire ne pas se faire aider !
Ce que je veux transmettre c’est que chacun.e a une route différente et que nos expériences ne valent que pour nous même. On peut conceptualiser tellement de choses mais c’est lorsque l’on en fait soi même l’expérience, qu’elles prennent un sens pour nous. Alors il ne faut pas chercher à faire plaisir, à suivre les modes… et rentrer en soi pour découvrir ce qui nous fait vibrer.

Nous avons tous des talents spécifiques. Les découvrir c’est un peu comme la métaphore de la taille d’un diamant, on part d’une forme brute à priori quelconque et chaque expérience découvre une facette, puis une autre… Ce n’est pas un travail nécessairement solitaire car la plupart des expériences sont faites pour être partagées.

Plus d’informations sur www.martialchazallon.com, sa page Facebook, Linkedin, www.projet-insitu.com
Pour le contacter : contact@martialchazallon.com

2020-06-15T19:48:51+00:00