Faire sa part ! Comment trouver sa contribution au monde grâce à l’Ikigai ?

découvrir sa raison d être, Ikigai

Tu connais la légende amérindienne du Colibri ?

Un jour, il y eut un grand incendie de forêt. Tous les animaux apeurés, regardaient impuissants les flammes qui dévastaient leur habitat. Tous sauf un, un petit colibri qui s’activait et allait chercher quelques gouttes d’eau dans son bec pour éteindre l’incendie. D’autres animaux de la forêt lui lancèrent alors « Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu !  » Et le colibri répondit : « Je sais, mais je fais ma part. »

En 2016, Pierre Rabhi lance un mouvement citoyen du même nom, le mouvement Colibris. L’objectif est de soutenir et connecter les personnes engagées dans des alternatives concrètes qui répondent aux grands enjeux écologiques et humains de notre temps.

Cette légende explique qu’il est possible de contribuer à son échelle à un changement de société bien plus grand que soi ! C’est l’idée de se sentir utile pour soi mais aussi pour les autres et pour la planète.


Pourquoi veut-on “faire sa part” ?


La femme et l’homme veulent par nature préserver leur environnement pour pouvoir se reproduire et continuer à vivre.

Au Moyen-Âge, subvenir aux besoins de la communauté était la norme. En Angleterre, les terres vivrières étaient mises en commun et s’organisaient autour d’un système de coopération et de communauté d’administration. Les femmes tenaient une large place dans ce système où les terres étaient cultivées par la communauté pour la communauté.

Le mouvement des enclosures a transformé cette agriculture traditionnelle en système de propriété privée des terres, avec pour résultat de nombreuses révoltes et famines.

Avant de faire passer l’intérêt individuel au premier plan, les sociétés anciennes pensaient collectif et bien commun, pour leur survie et celles des générations futures.


Le “réveil écologique” est en marche.

D’après un rapport de l’Economist Intelligence Unit de 2020, le nombre de mentions sur les sujets de nature et de biodiversité a augmenté de 65 % entre 2016 et 2020 sur Twitter.
Des personnalités influentes, des hommes et femmes politiques, metteur.ses en scène, acteur.rices, chanteur.ses, prennent la parole sur ses sujets graves et alertent l’opinion au nom de la diversité.

Les consom’acteurs sont de plus en plus exigeants sur les produits qu’ils consomment ou bien sur les mesures concrètes qui doivent être prises pour préserver l’environnement. Une véritable prise de conscience collective est en marche sur le fait de prendre soin de sa planète. On parle de “réveil écologique”…


La société capitaliste et l’ère du “chacun pour soi” sont en net recul. 

Progressivement, plusieurs secteurs de notre société ré-intègrent du bien commun et du collectif dans leurs activités (l’explosion des tiers-lieux et des habitats partagés, le réseau AMAP, les collectifs d’indépendants, …).

Nous avons été habitués à penser individuellement : trouver un emploi, faire carrière, avoir une rémunération qui augmente avec les années, … Et ce, en participant à la mission d’un autre, c’est -à-dire de son employeur. Personne ne nous a appris à réfléchir à NOTRE mission, à ce pourquoi nous sommes heureux.ses de nous lever le matin.
Vivre sans mission revient à regarder passer sa vie, sans en être vraiment acteur.rice. Trouver sa mission de vie permet de devenir capitaine du bateau, de sa vie professionnelle et de son épanouissement personnel.


L’IKIGAI, un outil précieux vers un changement individuel

L’étymologie du mot Ikigai signifie littéralement “raison de se lever du lit le matin”. En France, l’Ikigai est souvent traduit par “raison d’être” ou “joie de vivre”.
Ce concept vient de l’île d’Okinawa au Japon, principalement connue pour avoir 3 fois plus de centenaires qu’ailleurs !  L’Ikigai serait la raison de cette longévité exceptionnelle.
Les japonais utilisent ce concept dès leur plus jeune âge. Il agit comme une boussole qui nous guide tout au long de notre vie. Il est unique à chacun.e et évolue au cours de notre existence.

La particularité de l’Ikigai, et ce qui le rend si précieux, réside dans le fait qu’il explore différentes dimensions de notre vie professionnelle mais aussi personnelle.

L’Ikigai est représenté par ces 4 cercles :

  • Ce que tu aimes : ce qui t’anime, tes passions, tes activités de flow…
  • Ce pour quoi tu es doué.e : tes talents, les activités dans lesquelles tu es vraiment à l’aise…
  • Ce dont le monde a besoin : ce que tu souhaites apporter au monde
  • Ce pour quoi tu peux être payé.e : les compétences qui ont de la valeur

A l’intersection de ces 4 cercles se trouve ce qui te caractérise, et au centre l’Ikigai, ta raison d’être. Trouver son Ikigai est une question d’équilibre, un subtil mix entre ta passion, ta mission, ta vocation et ta profession. 

Ce dont le monde a besoin et comment tu peux y contribuer

Il est temps maintenant de répondre aux questions : quels changements veux-tu apporter au monde ? Quelle est ta place dans celui-ci ? Et comment tu veux la prendre ?

Tout comme les 3 autres cercles, cet axe nécessite un vrai temps d’introspection. Il faut prendre le temps de la réflexion, puis de l’expérimentation.
Voici 2 exercices qui pourront t’aider à y voir plus clair :

  • Qui ai-je envie d’aider ? Quel est ton public ?

Veux-tu aider les enfants, les femmes, les malades, les personnes âgées, en situation de handicap, … ? Ou bien tu souhaites secourir les animaux, le vivant ?

Là aussi c’est une réflexion à mener. Il est possible que tu n’aies pas la réponse immédiatement, cela est normal. Essaie de réfléchir au public qui te touche particulièrement, celui que tu as envie d’aider, celui pour lequel tu ressens de l’injustice.

  • Qu’est-ce qui te met en colère ? Qu’est-ce que tu souhaiterais changer ?

Si tu avais une baguette magique, qu’est-ce que tu voudrais changer par-dessus tout ? Qu’est-ce qui te met hors de toi ?
Ou encore quelles sont les causes qui te touchent ? te révoltent ? t’attristent ?
Tu vas certainement avoir plusieurs idées, plusieurs pistes. Tu peux ensuite te demander laquelle de ces injustices / colères te donne envie d’agir au quotidien ?

ex : tu es en colère quand quelqu’un jette ses déchets par terre, une personne ne parvient pas à se libérer de l’emprise d’autres personnes, …

Rappelle-toi, tu n’as pas besoin de trouver comment changer le monde pour être utile à la société ! L’important est de connaître ce qui fait sens pour toi en premier lieu, puis comment cela peut servir aux autres.
C’est la notion du “plus grand que soi” à laquelle nous devons contribuer, que ce soit en répondant à un besoin que tu as identifié ou à des personnes que tu as envie d’aider.

Tu l’auras compris, faire sa part est à la portée de tous.tes, mais cela demande de bien se connaître et d’identifier ses zones de brillance et ses passions. Il est possible mais assez rare de trouver son Ikigai seul.e..
C’est pourquoi, nous avons intégré l’outil Ikigai dans nos accompagnements en collectif, pour activer l’effet miroir et se servir de l’intelligence collective. Il fait partie des outils et approches du Parcours complet Nouveau Cap, et nous lui avons même dédié un cycle d’ateliers. Il s’agit de 3 ateliers pour définir ton Ikigai à un instant T et te donner les clés pour le redessiner tout au long de ta vie et de tes envies 🙂

Parcours Nouveau Cap sur Lyon : 21 septembre > 30 novembre
Parcours Nouveau Cap en ligne : 6 octobre > 15 décembre

Cycle Ikigai de 3 ateliers : les 13 octobre, 3 & 17 novembre



2021 Copyright © Hisse & Haut । Plan du site - Mentions Légales - Politique de confidentialité